Quand ca va pas

Publié le par MaGaLi!

 

Il y a des jours ça ne va pas. 

Vous est il déjà arrivé de rester plantée devant votre armoire, placard ou penderie, en vous disant "j'ai plus rien à me mettre".

Vous est il dejà arrivé un jour pluvieux de vous lamenter devant votre bibliothèque, "Damned !! j'ai plus rien à lire".

Vous est il dejà arrivé d'avoir la désastreuse impression de sombrer dans l'ennui en vous disant que d'écouter un nouveau disque serait le palliatif à votre stress.

Certains se gavent de café ou de chocolat, vous non ! Des décibels, du Rock'n'Roll, voilà le remède !

Oui, mais angoisse, vous avez beau vous pencher sur votre discothèque, vous n'avez plus rien à écouter. Malheur !!

Evidemment la stratégie la plus simple serait d'aller chez votre détaillant préféré et d'investir en CD.

Une fois là bas, que prendre ? Aller voir le vendeur, fier dans son beau gilet vert et or, serait la solution.

Mais tel un juge d'asssises, prêt à rendre sa sentence, le préposé es Rock'n'Roll ne pourrait que hausser les épaules devant vos questions stupides et vous faire comprendre que les hautes sphères de la musique ne s'atteignent pas aussi facilement.

Dépitée, vous rentrez, jurez de vous venger de cet affront cuisant, en apprenant par coeur, les 50 derniers numéros de Rock'n'Folk et des Inrocks, ou en ingurgitant les rubriques musique du Nouvel Obs et de Libération (bon courage).

Horreur, après 2 heures de lecture assidue, vous n'y comprenez plus rien !!! Les encensés du N° 75 sont trainés dans la boue au N° 77. Ceux, en qui ont voyait des héros à Noël, sont devenus des cloches à Pâques. Rendez vous à l'évidence, vos stars de jadis sont devenus des ploucs. Mais quel crimes ont ils bien pu commettre ?

Vous avez beau réfléchir .... serait ce par hasard d'avoir eu du succès ? de jouer devant 15 000 personnes, au lieu de 100 (certes l'élite), de passer de l'ombre branchée et glorifiante à la consécration de masse ?

La musique appartiendrait elle à une caste composée d'explorateurs journalistiques ?

Pourquoi les sanctifiés d'hier sont ils les has been d'aujourd'hui sans avoir commis de fautes ?

Simplement par mode, snobisme et intellectualisme stupide.

Un conseil, foutez vous en .... Une seule condition prime : la qualité musicale et artistique est liée à votre plaisir personnel

Et fuck le reste ... it's only R'n'R, but I like it, I like it, yes I do

Commenter cet article

miss wendy 05/02/2009 19:37

Oh la ça fait rudement plaisir de retrouver ton blog ici !! Tes articles me manquaient !! Je songe aussi à ouvrir un blog sur overblog ! A-t'on des lecteurs ici-bas ? En attendant j'ai repris mon blog musical ! Moi aussi je suis comme toi, j'ai toujours soif de découvrir de nouvelles musiques ou d'anciennes que je ne connais pas encore pour accroitre ma culture musicale ! Je suis même une boulimique de musique ! A très vite sur ton blog que j'ai mis dans mes favoris !

Xavierphoto 20/01/2009 14:43

Toutes les musiques sont bonnes à écouter, mais toutes les oreilles ne peuvent pas les accepter... !

Benoit 19/01/2009 15:53

J'ai l'impression que ce que tu décris est particulièrement vrai pour la critique musicale. Mais je n'ai peut-être pas assez de recul concernant la critique ciné. C'est vrai que dans le fond, pourquoi serait-ce différent.

Je dois avouer que la perception du grand public, le succès tendent à modifier le jugement. On s'imagine toujours que telle ou telle oeuvre est destinée à un certain public. Quand le succès dépasse ce cadre là, on est peut-être interpellé. L'exemple manifeste, c'est "Bienvenue chez les chtis". A chaud avant tout le monde, je décrirais le film comme une petite comédie sympatoche et basta. Mais face au phénomène, c'est tellement improbable que soudain il y a quelque chose qui cloche, car le film n'a objectivement rien, absolument rien a faire valoir. Alors en retournant sa veste on devient subitement snob. Drôle de métier finalement (mais qui n'en est plus un d'ailleurs car la plupart des critiques, même les plus fameux, ils ne vivent pas de cette activité là).