Le Film Noir

Publié le par MaGaLi!

« Spade descendit du taxi. La brume de San Francisco était fraiche, légère et visqueuse, et enveloppait la route »

Dashiell Hammet, Le Faucon Maltais

 

Une phrase qui résume à elle seule l’athmosphère des romans noirs et des films noirs …

 

Tout d’abord, je me suis bien amusée à écrire cet article, sur un genre cinématographique qui me tient à cœur. Je me suis documentée, juste histoire d’être sûre de ne pas passer à côté de quelque chose et d’être certaine que ma propre vision du film noir, cadrait avec ce qu’en pensait les pro du sujet …

J’ai ainsi trouvé quelques citations dont celle-ci, d’un acteur culte du cinéma noir, Robert Mitchum …

« le terme noir ne signifie pas grand-chose. A l’époque, nous faisions seulement des films. Gary Grant et les autres stars prenaient toute la lumière pour eux. Nous, il ne nous restait que la lueur des mégots de cigarette »

C’est exactement comme ça que je voyais les choses avant de me pencher un peu plus sur le sujet … cette petite phrase de Robert Mitchum, et celle de Dashiell Hammet, définissent l’ambiance et les personnages des films noirs. Du moins ceux de l’âge d’or du cinéma noir ( en gros les années 40/50)

Les films noirs prenaient à rebrousse poil, l’image du héros habituel. Ces anti héros nous propose au contraire, une vision désabusée et sombre du monde.

Replantons le décor de l’époque … la société occidentale des années 30/50, ne c’est toujours pas remise de la crise de 1929, de la récession et de la seconde guerre mondiale. Il est fort logique que la littérature de l’époque (Dashiell Hammet, Raymond Chandler, Mickey Spillane, Peter Chenay … ) et par extention le cinéma, soient le reflet de cet état d’esprit. On y trouve comme leitmotiv, la souffrance morale, la violence, des destins tragiques, le pessimisme … tous les personnages des films noirs sont des âmes torturées, les décors, des villes sombres et brumeuses …

Au cours de cet âge d’or, le cinéma noir se résume au polar (il évoluera, comme on le verra plus loin)

On y retrouve toujours les mêmes personnages …  des gangsters, des flics corrompus et des détectives privés. 

Le privé est l’anti héros type du cinéma noir … Imper, chapeau cachant son regard, cigarette au coin des lèvres … qu’il s’appelle Sam Spade, immortalisé par Humphrey Bogart dans le Faucon Maltais ou Philipe Marlowe, toujours Bogart, dans le grand sommeil d’Howard Hawks ou bien encore Mike Hammer … Citons également Jack Nicholson dans Chinatown de Roman Polanski. Solitaire, toujours marqué par le destin, il y a toujours une ombre dans son passé (qu’on ignore, bien sur), oscillant entre le bien et le mal, honnête, il n’hésite pas a transgresser la loi, en général victime de la fatalité, son destin est infléchi par une femme, cherchant à l’entrainer vers le mal ….








On en arrive au deuxième personnage du film noir, la femme fatale …  elles sont généralement des personnages négatifs ... beautés froides, belles sans âme, traitresses nées, manipulatrices d’hommes, qu’elles séduisent, elles sont seulement intéressées par l’argent, sensé les sortir de leur condition … l’archétype de ce personnage est bien sur Lana Turner, dans le Facteur sonne toujours deux fois … mais on peut citer aussi Jean Harlow, Rita Hayworth ….ou le duo Simone Signoret/ Vera Clouzot dans les Diaboliques, pour l’âge d’or, et plus proche de nous, Kim Basinger dans LA Confidential ou Sharon Stone dans Basic Instinct

Le Facteur sonne toujours deux fois

Les Diaboliques - Vera Clouzot et Simone Signoret

Basic Instinct - Sharon Stone



Ces personnages évoluent bien sur dans les villes … Los Angelès, San Fransico , New York. Ruelles mal éclairées, docks menaçants, quartiers mal famés, autant de lieux où tout peut arriver, surtout la nuit …

Autre perso clé du film noir … le couple en fuite … auquel est associé le second décor type … après la ville, la route … L’amour pousse les couples désespérés à la fuite, sur des routes baignées par la pluie … et le sang … leur destin est bien entendu tragique … l’archétype du couple en fuite est bien sur Bonnie and Clyde … mais on peut citer Lauren Bacall et Humphrey Bogart dans les Passagers de la Nuit et plus près de nous JP Belmondo et Jean Seberg dans A Bout de Souffle, les amants de Sang pour Sang des frères Coen ou bien encore Sailor et lula.  La notion de couple évoluera avec le temps … deux sérial killers dans tueurs nés, deux femmes Thelma et Louise, ou le couple adulte/enfant, un tueur et une fillette dans Léon ou Un Monde Parfait de Clint Eastwood, ou même deux enfants en fuite dans le magistral La Nuit du Chasseur avec Robert Mitchum.



Bonnie and Clyde - Warren Beatty et Faye Dunaway

Les Passagers de la nuit


Thelma et Louise - Geena Davis et Susan Sarandon


Plaçons nous maintenant sous un autre angle, pour nous intéresser au cinéma noir …. L’évolution dans le temps …

Les origines : plus que des films noirs, c’est des influences à ce genre qu’il faut chercher … le cinéma noir est marqué par l’expressionnisme allemand, M le Maudit de Fritz Lang est surement, un des premiers film noir … on peut aussi citer des œuvres comme Quai des Brumes de Marcel Carné, qui influencera fortement le genre.





Les années 40/50, ou l’âge d’or du cinéma noir, dont j’ai déjà beaucoup parlé …. C’est la période classique du genre … Le Faucon Maltais et Quand la ville dort de John Huston, Boulevard du Crépuscule de Billy Wilder, le Grand Sommeil de Howard Hawks, pour ne citer qu’eux, mais aussi Vertigo et Fenêtre sur Cour d’Alfred Hitchcock, l’Ultime Razzia de Stanley Kubrick,  la soif du mal d’Orson Wells, la Nuit du Chasseur de Charles Laughton, les Diaboliques d’Henri Georges Clouzot ….les interprètes cultes, Humprey Bogart, Lauren Bacall, Robert Mitchum, Lana Turner, Rita Hayworth, pour ne citer qu’eux,



 




Le Grand sommeil

Boulevard du crépuscule




Sueurs froides



La Soif du mal




mais aussi Edward G Robinson, engagé à l’origine pour sa ressemblance physique avec Al Capone, qui se révélera un grand acteur du cinéma noir.




Les années 60/70, où le cinéma noir suivra les évolutions de la société … fin de la crise économique, évolution technologique, mode de pensée de l’époque, libéralisation des mœurs … Le film noir assimilera tout ces paramètres … Evolution de taille aussi, cette fois technique, le Technicolor !! exit le NB qui rendait si bien l’athmosphère du genre … Il faudra encore plus forcir le trait sur la psychologie des personnages … on peut citer comme acteur phare de cette période Clint Eastwood, avec son rôle de Harry Callaghan dans la série des Dirty Harry ou dans un Sheriff à New York, mais aussi Jack Nicholson dans Chinatown ou dans Shinning, Al Pacino dans Cruising ou Un Après Midi de Chien. D’autres réalisateurs émergeront, Brian de Palma (Obssesion, Bow Out…) Scorcese (Taxi Driver ) … En Europe, la nouvelle vague s’essaiera au film noir … Truffaut dans la Mariée était en noir ou dans Tirez sur le pianiste, Godard avec A bout de Souffle












Les années 80/90/00, dernière évolution … de cinéma de  genre à part entière, le noir va muter et s’infiltrer dans les autres genres pour les contaminer , et tendre à devenir universel .. . de nombreux films dans d’autres genres (comédie, drame et même séries TV, comme Twin Peaks, Prison Break ...) nous proposeront leur dose de noirceur … plus de violence, de sexe de chaos …  de nouveaux genres verront le jour, le Road Movies,  par exemple et à l’instar de la littérature, le Thriller, les films de Sérial Killers …. L’arrivée du cinéma indépendant dans les années 90 marquera aussi le cinéma noir (les frères Coen, Quentin Tarentino, David Lynch …) Quelques films  marquants de cette période :  Sang pour Sang et Fargo des frères Coen, Reservoir Dog et Pulp Fiction de Quentin Tarentino, Sailor et Lula, Mulholland Drive, Lost Highway de David Lynch … les Arnaqueurs de Stephen Frears, Seven et Fight Club de David Fincher,  Scarface de Brian de Palma, Bad Lieutenant, Snake Eyes d'Abel Ferrara... mais aussi Collatéral, Usual Suspect, Heat, Mystic River … dans le genre Sérial Killer, le Silence des Agneaux, en Asie Old Boy de Park Chan Wook, mais aussi au Japon, les films de Takeshi Kitano, Hana Bi ou Hanaki mon frère .. une tentative de retour aux sources avec la mise en scène des romans de James Ellroy, le Dalhia noir ou L.A. confidential. Des acteurs qui ont débuté dans les années 70, prendront encore plus d'ampleur ... Robert de Niro (Angel Heart, les Affranchis, les incorruptibles, Heat ...), Al Pacino (Scarface, l'Impasse, Donnie Brasco, Heat ...), John Travolta, Harvey Keitel ...




Brad Pitt et Morgan Freeman. Metropolitan FilmExport







L.A. Confidential - Kim Basinger



 

Voilà, j’ai essayé de vous montrer ma vision du cinéma noir et de ses évolutions à travers le temps … peut être que vous avez, vous une autre vision, faites la moi partager dans ce cas là ….



Commenter cet article

xavier 05/06/2009 02:03

super article !!

merci pour cette lecture.

Maxime 10/05/2009 21:19

Bravo, article super cool!

jeangs 22/03/2009 18:05

tous vu... sauf "M le maudit" (malheureusement et je le regrette tous les jours !)

Niko06 17/03/2009 09:16

Passionnant cet article!
Pas d'accord sur tous les films cités, en particulier certains relativement récents, mais ça fait plaisir de voir des personnes s'intéresser à l'un des genres le splus passionnants du cinéma, merci.

Miss 14/03/2009 19:34

J'adore des billets-là !